campagne2

Karine Le Marchand a du mal à capter

La scène nous a été rapportée il y a quelques jours de cela et a nécessité la mobilisation d’une partie de la rédaction afin de recouper assez d’informations sur ce qui a failli virer au drame.

Tout se passe au mois de janvier dernier dans la région Centre dans une zone difficile d’accès où l’animatrice du dating agricole à succès de M6, l’Amour est dans le pré, s’est rendue afin de suivre les pérégrinations érotico-sulfato-sensorielles de Thierry, futur candidat de la saison 9. Alors que les équipes de production parvenaient éreintées chez l’éleveur de chèvres (les réserves de Red Bull de l’équipe étant déjà dangereusement engagées), l’animatrice arborait son sourire cathodique et finissait de répéter hors caméra toute sa gamme de rires d’après notre témoin.

C’est alors que le directeur de production s’est adressée à l’animatrice lui indiquant qu’elle avait encore dix minutes devant elle avant le PAT (NB. « prêt à tourner » dans le jargon audiovisuel). Ni une ni deux, notre fermière en escarpins empoigna son téléphone et s’enticha d’entrer en communication avec un individu dont l’identité n’a pas filtré mais dont notre témoin sur place nous affirme qu’il n’était pas présent aux abords immédiats de la ferme.

Les secondes qui suivirent dépassèrent l’entendement d’une grande partie des personnes présentes sur place. Après avoir tenté de joindre non pas une fois, ni deux, mais bien trois fois sans succès son interlocuteur, Karine Le Marchand se mit à trembler, ses yeux s’ouvrirent et se figèrent dans cette nature envahie par les nuages bas, l’évidence venait de faire son apparition, ils se trouvaient à la campagne et pire encore, le réseau GSM ne couvrait pas la zone de tournage autour de la ferme.

Panique et hystérie prirent possession des membres de l’équipe quand chacun fut avidement sollicité tout à tour par la marieuse en titre d’agriculteurs pour voir si eux ne captaient pas. Notre témoin rapporte lui aussi avoir été convoité par Karine Le Marchand quand bien même il expliquait que de toutes les façons lui n’avait jamais eu de téléphone portable.

A bout de force, la présentatrice s’écroula sur ses genoux, tremblante, les larmes coulants sur son visage, ruinant par la même occasion tout le travail de l’équipe de maquillage, la torpeur affichée sur son visage.

Un assistant de production pris d’un retour de lucidité, et voyant la scène tourner au tragique, fonça dans la voiture de production pour y récupérer une couverture de survie qu’il déposa sur les épaules de l’ancienne animatrice de France 5. Malgré ce geste attentionné, la situation ne s’en trouvait pas pour autant améliorée, comment les minutes et les heures qui allaient venir allaient se dérouler sans le retour très rapide d’un lien avec la civilisation. Notre témoin, abasourdi par la scène, raconte : « J’ai rien compris à ce qu’il se passait. Ca courait de partout, ça criait, même les chèvres je les avais jamais entendu comme ça. En même temps, vu ce qu’on dit du monde de la télé, j’étais pas si étonné. »

Le salut de ce drame en devenir viendra de Thierry lui-même qui, passablement énervé par toute cette agitation autour de sa ferme, vint finalement se renseigner sur ce qu’il se passait. Sans que quiconque ne puisse lui expliquer le pourquoi du comment, il empoigna Karine Le Marchand par les épaules pour qu’elle puisse enfin lui expliquer le fin mot de cette histoire. L’animatrice, sous le choc, ne put bredouiller que ces quelques mots d’après notre témoin « téléphone maison », ce à quoi Thierry répondit spontanément : « Ben suffisait de demander, c’est la campagne mais on n’est pas non plus des arriérés, j’ai le téléphone à la maison. »

En un instant, les larmes cessèrent de couler, le sourire revint sur le visage de Karine Le Marchand et les nuages bas se dissipèrent laissant place à un rayon de soleil. Désormais, on saura qu’il n’y a pas que de l’amour dans le pré, il y a aussi le téléphone.